Accueil > Français > Lifeline > Langage corporel

Langage corporel

jeudi 8 septembre 2016

J’ai joint OA il y a quelques années et très vite j’ai perdu beaucoup de poids. Les gens n’arrêtaient pas de me demander comment je faisais pour maigrir et je répondais toujours en donnant une courte description du programme OA et en parlant de mon abstinence personnelle.

« Fais-tu de l’exercice ? » Telle était la question qui m’était invariablement posée et à chaque fois je disais avec insistance : « Tu n’as pas besoin de faire de l’exercice pour perdre du poids. » Avec mon corps svelte j’en étais la preuve parfaite.

Il y a un an et demi environ, je me suis blessé le dos. Il y a six semaines j’ai atterri à l’hôpital où fut diagnostiquée une hernie discale et je suis toujours alitée depuis lors. Comme je suis couchée ici, je présume qu’après mon importante perte de poids mes muscles affaiblis ont été partiellement la cause de cette blessure.

Maintenant je ferais tout pour fortifier mon corps étant donné que j’avais perdu du poids. D’autres facteurs ont également contribué à causer la blessure, j’imagine ; mais à présent je me rends compte que nous nous abstenons pour des raisons de santé aussi bien que pour être libérés de notre obsession alimentaire. Et faire de l’exercice, c’est une autre façon d’améliorer ma santé. J’ai lu que faire de l’exercice diminue le risque de crises cardiaques et d’accidents vasculaires cérébraux. 

Beaucoup d’experts semblent dire que ce rythme de vie calme l’appétit et contribue à une bonne santé mentale.

J’espère que les membres OA abstinents qui pensent que l’exercice n’est pas vraiment important, voudront bien reconsidérer la chose. Une part de prendre soin de nous-mêmes est certainement prendre soin de notre corps --- non seulement en mangeant sainement mais aussi en faisant travailler nos muscles. Parmi nous, il y en a beaucoup qui se prétendent trop fatigués mais ceux qui font régulièrement de l’exercice racontent qu’ils se sentent plus énergiques qu’avant. Tous ceux qui ne se sentent pas à l’aise avec l’idée de faire de l’exercice, peuvent se sentir réconfortés de savoir que même se promener est très bénéfique. Il y a également une variété d’approches douces, telles que le yoga pour ceux qui craignent les mouvements intenses.

Je veux me rétablir, il se peut que je doive me faire opérer et qu’il me faille du temps mais avec l’aide de Dieu, mes difficultés passeront. À travers tout cela, j’ai appris une importante leçon, celle de prendre mieux soin de mon corps.

[Lifeline, août 1983]
Traduction libre : Anne P. Belgique

Lien SPIP de cet article : http://outremangeurs.fr/?article169

(|non)]