Accueil > Français > Lifeline > L’Abstinence conditionnelle

L’Abstinence conditionnelle

lundi 7 mars 2016

Tout comme je n’avais pas besoin de raisons pour outremanger de façon compulsive, je trouve que je n’ai pas besoin de raisons pour être abstinente.

Si je suis abstinente dans le but de perdre du poids, de me sentir bien, d’être en bonne santé ou même d’atteindre la sérénité, les résultats attendus peuvent ne pas arriver tout de suite ou ils peuvent disparaître par moments.

Je deviens découragée. Pour moi, l’abstinence conditionnelle ---m’abstenir pour une raison spécifique ou pour des raisons--- est pour le moins une brève tentative de contrôle à court terme, en quelque sorte une ‘’demi-mesure’’.

Quand j’ai été capable de voir clairement l’in contrôlabilité de ma vie et la futilité de croire que j’étais dans le contrôle, la Deuxième Étape et la Troisième Étape me sont venues comme une bénédiction qui m’a soulagée. À cet instant j’ai reçu la bonne volonté d’accepter tout ce que la journée me présente, d’accepter toutes les peines et toutes les joies à travers lesquelles mon rétablissement me conduit.

Quand je m’efforçais à faire du mieux que je pouvais ce que je voyais comme étant la volonté de Dieu pour moi et quand je cessais de me concentrer sur le fait de me sentir bien ou de me sentir mal, mon abstinence n’était désormais plus à la merci de mes émotions.

Quelle liberté de ne plus avoir l’impression de devoir m’accrocher à ces bons sentiments !!!

Je suis prête à les laisser aller à tout moment. Le fait de lâcher prise à tout ça ---le désirable comme l’indésirable--- me procure paradoxalement une profonde sécurité intérieure qui va bien au-delà de mon état émotionnel ou physique. C’est une « paix que le monde ne peut me donner ni m’enlever »

[Lifeline, avril 1982]

Traduction libre : Anne P. Belgique

Lien SPIP de cet article : http://outremangeurs.fr/?article30

(|non)]